26.11.05

Retour sur le passé - épisode 4



27 Juillet 2005. Il faut bien que je me rende à l'évidence.
Transsexuel: adj. qui a le sentiment d'appartenir au sexe opposé (à son sexe biologique) et se conduit en conséquence.
La définition me correspond. J'ai vécu pendant 5 ans dans la peau d'une homosexuelle, et cela ne m'a jamais posé problème, pourquoi ai-je tellement mal à accepter que je puisse être "transsexuel"? Et qu'est-ce qu'il est laid ce terme!
Ce jour là, je décide de me confronter à la transsexualité. Je passe une nuit entière sur l'ordi, à effectuer de multiples recherches. J'apprend le vocabulaire, lis des dizaines de témoignages, épluche les forums... Je me reconnais dans les propos d'un tel, j'ai ressenti la même chose que cet autre, celui là m'émeut particulièrement. Je me sens moins perdu, moins seul. Mes yeux s'éteignent, la fatigue m'assaille, mais je reste encore longtemps sur le net; j'ai peur que ce monde disparaisse si je me couche, surtout je redoute de me voiler la face au réveil (il ne s'est rien passé, ce que j'ai lu ne me correspondait pas, oublions tout ça). Alors je laisse un message sur un forum, titré "une bouteille à la mer". Et surtout, j'envoie un texto à Vivi sans rien lui dire de ma révélation, mais lui demandant seulement de ne pas me laisser faire l'autruche; avec ça je ne pourrais revenir en arrière!
Dans la foulée, j'ai commencé à rédiger une lettre pour tout lui expliquer. "Il s'avère que je puiss être transgenre"... Ce fut un choc pour elle lorsqu'elle a lu, mais ce fut tout aussi difficile pour moi de l'écrire. "Transgenre". Pourquoi pas transsexuel? Sur le moment je n'envisageais pas de faire une transition, d'entamer un parcours. Les hormones, les opérations, l'administration, la désaprobation... Je ne pensais pas pouvoir endurer tout cela.

Le lendemain, j'avais déjà reçu deux réponses à mon post sur le forum. Dont celle de Julien, que je remercie encore içi, car il m'a apporté les réponses dont j'avais besoin:

""avant", je me disais : je suis une fille pas canon, mais pas trop moche non-plus vu que je plais, et j'essayais aussi de me "plaire" à moi-même ainsi. J'ai oscilé longtemps entre "garçonne" et "féminine" : "garçonne", c'était la façon de me retrouver, "féminine" c'était celle de donner aux autres ce qu'ils attendaient de moi. "garçonne" j'étais bien "mais...", "féminine" j'étais mal "mais...", car au final, d'un côté comme de l'autre, je n'avais jamais la possibilité que "Julien" s'exprime dans son intégralité, tout simplement.

Maintenant, je ne me pose plus la question. Je vis et évolue tel que je suis : un FtM. Mon "équilibre" s'y retrouve.

Je ne vais pas te dire que c'est plus "façile" qu'avant. C'est "différent" : c'est MOI, dans mon intégralité, donc je l'assume et l'affirme avec force et conviction."

"(...) Demandes toi "qui" t'as mis sur cette île au milieu de la mer, pourquoi, puis t'a laissé grandir seul, avec cette fausse culpabilité envers toi-même pour seul bagage. N'attend pas qu'on vienne t'y rechercher, construit ton propre radeau et tu verras, la mer n'est pas si grande que tu ne puisses un jour relier TA terre promise, celle où il fait bon vivre, communiquer avec autant d'êtres en nombre qu'ils en sont différents :o) Mais n'y vas pas pour trouver le "pardon" de l'être qui t'as mis là, vas y créer TA vie, amuses toi à la découvrir. On ne grandit que par le jeu, regarde les petits, puis les ados, puis les adultes, comment font ceux qui réussisent ? Le jeu !...celui dont on se fait soi-même les règles, comme quand on était petit... Sagit pas de tuer, de voler, de violer, juste de VIVRE... crée Ta vie, ne la subis pas, n'attend rien d'elle, attend tout de toi, espère tout de toi... mais avance et ne t'arrête que lorsque tu te sentiras CHEZ TOI... en toi et hors de toi à la fois..."

"tu verras que "le petit garçon" qui sommeille en toi, qui n'a jamais pu grandir, n'est pas si "vilain" qu'il ne t'y parait actuellement, que c'est même un type vachment bien et fort apprécié des autres. Puis c'est également là que tu pourras avoir la certitude de savoir ce qui est bon POUR TOI, que tu fasses par rapport à ton corps. Mais une chose est certaine, tu en prendras enfin soin, car tu l'aimeras enfin, que ce soit ton corps de "fille" ou ton futur corps de "garçon"."

Il y avait également un post de Kael que j'ai ressenti comme agressif. Mais il a finalement eu raison de me bousculer un peu; son message, son blog et son projet "xxboys" m'ont permis de voir que l'on pouvait vivre la transsexualité autrement que comme un drame, que l'on pouvait être fier de son identité trans.

1 commentaire:

hélène a dit…

Tu pourrais me passer l'adresse du blog de Kael? On le cherchait hier et on a pas réussi à mettre la main dessus...

Et je sens que je vais jamais retrouver les réponses à ces comments parce qu'on ne reçoit pas d'email quand tu réponds... pauvre moi ^^ ;)