6.4.06

endocrinologie

Comme prévu, j'ai eu rendez-vous avec mon endocrino mardi.
Je n'ai pas posté depuis, car je ne sais pas vraiment quoi en penser.
Résumé: lors de l'entretien parents-endocrino, il a été convenu que mes parents assisterait à ce rendez-vous. Etant arrivé en avance, j'ai d'abord vu le docteur sans eux. Elle a passé un certain temps a observer mes analyses médicales, puis on a discuté un peu, notamment de son entrevue avec mes parents. Puis ils sont arrivés. L'entretien qui a suivi a peu d'intérêt dans son ensemble.
Résultat: En prenant en compte les angoisses de ces derniers et mon désir d'avancer, on est arrivé à un traitement que je dirais de compromis. Pour faire simple, au lieu du traitement d'androtardyl attendu (de testostérone), je prends de l'orgamétril, qui permet de limiter voir bloquer ma production d'oestrogène.
Les effets attendus: absence de règle, augmentation de la pilosité. D'autre part, j'ai naturellement un très fort taux de testostérone (pour une personne XX) et donc il est possible que bloquer mes oestrogènes permette à ma testo de s'exprimer plus librement...
Effets non souhaités et génants que je subis déjà: maux de tête, migraine. À venir: prise de poids. De toute façon, dès qu'un médoc a pour effet génant des maux de tête c'est pour ma pomme...
Ce traitement durera 3 mois. En juillet, je la revoie, et là, sûrement, je touche du bois, je partirais à la recherche d'une infirmière qui me fera ma 1ère piqure.

Voilà les faits. Après ce que j'en pense... C'est assez flou, mes sentiments sont vagues et contraires.
Points positifs: que je puisse débuter un traitement hormonal, médicalement parlant. que la transition avance concrétement. que les inquiétudes de mes parents soient prises en compte, qu'on avance à peu près ensemble.
Points négatifs: l'impression d'être malade lorsque je prends mes cachets le matin. le côté traitement de compromis, traitement "en attendant mieux", traitement limite placebo, les effets n'étant pas mirobolants. les effets-non-souhaités-et-génants.


"Pour la barbe, il n'y a pas de secret, il faut vous raser tous les jours!" (mon endocrinologue)
Alors c'est partie. Aujourd'hui, 3ème jour de mon traitement, je me suis rasé, et je continuerais tous les jours (sauf les samedis où je ne travaille pas et les dimanches). J'aime le rituel du rasage, mais je suis peu optimiste concernant la naissance de ma future barbe.


Un hors-sujet pour terminer, hier j'ai appris par ma mère que mon père n'appréciait pas vraiment le prénom que je me suis choisi, Eric. Il a même une idée, un prénom masculin en C, mais elle a oublié lequel (comment peut-on oublier ces choses là?). Charles, Cyril, Christian, Christophe, Clément, Cédric? Bof bof bof... Constant, peut-être. Mais en 2ème ou 3ème prénom.
Je garde Eric, parait que ca me va bien. J'ai eu seulement 3 conversations où l'on m'a nommé Eric (je veux dire où je suis seulement Eric, pas Carot ex Caro-line), et ce nom sonne bien à mon oreille, je me sens concerné. Et désormais on peut m'appeler ainsi, "Eric!", ça m'interpelle. J'aime la sonorité brutale de ce prénom suivi de mon nom de famille, l'absence de diminutif, le côté désuet, d'une autre génération. Et bien sûr, par-dessus tout, l'histoire que j'ai avec ce prénom. Soit dit en passant, ma fête c'est le 18 mai ^^

10 commentaires:

Oscar a dit…

j'avoue que ça me depasse le fait d'adapter ton traitement hormonal a tes parents
et j'aimerais bien que qqn vienne parler pour qu'on puisse debattre :D

Aubé a dit…

Perso je comprends ce choix, si Eric peut faire sa transition avec ses parents, même en avançant plus lentement ça peut être un grand bénéfice à long terme. Je pense que ça va améliorer leur relation.

Lazz a dit…

ça me dépasse que ton endocrino te dise que raser fait pousser le poil, alors qu'il n'y a aucune théorie scientifique derrière. C'est l'un des plus gros clichés qui existent! Par contre ça peut aider à se sentir plus masculin, le rituel de se raser.
Sinon j'ai aussi ressenti ce côté médical/malade, de devoir prendre tous les jours ces pilules de testo et de danazol, en même temps que mes parents prenaient leurs cachets contre tension ou thyroide. Je le ressens toujours avec les injections du fait d'aller dans un cabinet d'infirmières.

l u k e a dit…

Je vois que ça avance pour toi ; c'est cool. Perso, je trouve ça bien que tes parents suivent ton parcours ; c'est bien de leur laisser du temps, mais en même temps, c'est toi que ça concerne en premier. Est-ce qu'on t'a dit combien de temps cela prendrait pour que la baisse d'oestrogènes fasse vraiment quelques effets, mis à part les effets secondaires ? J'ai pensé à cette solution (avant la testo), même si ce n'est pas la meilleure, je pense. Enfin, si c'est juste "en attendant" juillet, c'est déjà bien.
Pour ton prénom, tu pourras toujours mettre le prénom que tes parents t'ont choisi en second prénom. Je suis en train de réfléchir à ces prénoms suivants.

stef ftm a dit…

hum je suis plus que septique ..comme ca au premier coup d'oeil on dirait que tes parents "prennent les choses en main"
choix du prénom et rythme de ta tramsition.
comme dis oscar c'est adapter ta transition a tes parents et pas a toi.
quand a aubé qui dit "je comprend ce choix ...."
as tu réellemet choisi ou ..?
d'autre part ce produit que tu prends les effets sont ils irréversibles ???

Carot a dit…

Stef >> choix du prénom: mis à part les transsexuels, qui choisi son prénom? à la base, c'est tes parents qui t'ont baptisé, non? donc je trouve normal qu'ils aient leur mot à dire sur la question... d'ailleurs certains trans prennent le prénom que leurs parents auraient choisi s'ils avaient été garçon à la naissance (pour les ftm et fille pour les mtf).
rythme de la transition: c'est vrai que j'aimerais aller plus vite. mais pas à n'importe quel prix. j'ai la chance d'avoir des parents qui sont peut-être prêt à accepter, progressivement. enfin, accepter est un grand mot; peut-être qu'ils s'y feront juste, mais dans leur for intérieur n'accepteront pas pour autant. qu'importe, je ne veux pas prendre le risque de dégrader nos relations alors que j'ai la possibilité de d'avancer avec eux. alors oui j'adapte le rythme de ma transition à mes parents, pour qu'eux puissent s'adapter à cette transition justement.
parmis les trans avec qui j'ai discuté, il y a ceux qui n'ont jamais osé faire leur transition de peur de décevoir leurs parents, famille (et amis parfois aussi) de les affronter, de les perdre, et ceux qui ont avancé au rythme qu'ils voulaient (ou pouvaient vu les embûches du parcours) en se coupant de ceux qui n'adhéraient pas illico à 100%, et ils y ont souvent perdus pas mal de leur entourage, sans forcément le regretter, étant adepte des "mieux vaut être seul que mal accompagné" et "qui m'aime me suive". j'ai envisagé ces deux cas de figure et ai jugé que le compromis était MA meilleure solution.
libre à toi de ne pas partager cette opinion et cette manière de procéder pour avancer dans la transition.
ai-je réellement choisi? l'endocrino m'a dit: "de toute façon vous êtes majeur, ils n'ont légalement pas le droit de s'opposer et je peux vous préscrire de la testostérone malgré leurs réticences, mais le voulez-vous?". Non, je n'ai pas voulu. j'aurais pu choisir de commencer au nez et à la barbe de mes parents, de commencer en leur présentant le fait accompli, et en dehors de cet épisode préçis, de multiple choix se sont offerts à moi lors de mes décisions à prendre sur mon attitude vis-à-vis d'eux.

pour finir, aucun effet irreversible dans le traitement que je prends.

Oscar >> aucun jugement dans mes propos mais j'avoue comprendre pourquoi cela te dépasse, on n'a pas du tout les mêmes types de relation moi avec mes parents, toi avec ta mère. de toute façon, toutes les familles fonctionnent différemment et ce qui se passe chez les autres me dépasse souvent également!

Aubé >> voilà, c'est bien ce que j'espère.

luke >> aucune idée du temps pour que le traitement fasse ses effets, ca dépend beaucoup des personnes et des constitutions. donc mystère, on verra.
pour le prénom, j'avais déjà songé à mes 2ème et 3ème prénoms! mais vu que le changement d'identité se fera dans pas mal de temps quand même, rien n'est définitif.

Lazz >> pour moi les injections n'ont rien à voir, même dans un cabinet médical. comme une piqure ou une prise de sang, je n'ai pas l'impression d'être malade lorsque l'on me fait un vaccin, au contraire, c'est pour me prémunir contre la maladie. la testo ca sera un peu mon vaccin contre la maladie mentale...et puis c'est ponctuel. + tout le post de Kael sur les injections ;o)

Oscar a dit…

oui ça me depasse c'est vrai mais c'est ta solution, ton compromis et tes parents
alors meme si ça me depasse ( mdr on le sait ) tant que toi ça te va ça me va ;)

stef-ftm a dit…

carot si c'est TON choix la c'est impec .juste j'avais peur que ce ne soit pas vraiment ton choix .
moi ce que je veux dire c'est exactement cela chacun son rytme !!!c'est cela que l'on doit respecter !
ai jugé que le compromis était MA meilleure solution.
libre à toi de ne pas partager cette opinion et cette manière de procéder pour avancer dans la transition.
je n'ai donc strictement rien a y redire !! et meme bravo chaque choix merite respect !


mdr pour le prenon clair a 1 jour je ne sais pas choisir mon prénom ..mais a 20 on est assez grand non ? ..( c'est pas important je voyais peut etre cela comme une "main mise"sur toi)
pour finir, aucun effet irreversible dans le traitement ....ben oui en comment dire ce la sans paraitre "agressif" bon tu n'entame pas la partie "irreversible" et la je te dis juste cette partie irreversible est la partie ou "on" essaye un maximum de freiner voir stopper la transition ...tant que cela peut rester "un passage " c'est rassurant
...je ne sais si je me fait bien comprendre ..


d'autre part
tu connais des trans qui on choisi de ne pas faire leurs transition de peur de ect ect ..?
ca m 'interesse , comment se sentent ils ?...
alors transitionner ne serait finalement qu 'un choix ???
bon sans rire ..les trans avec qui j'ai parlé qui stoppent leurs transition ou ne l'entament pas face aux diverses réactions de l'entourage j'ai plutot l'impression que c'est un espece de suicide ...qu'un réel choix de "VIE" et j'ai aussi l'impression qu'ils vont soit en crever soit y revenir ...ceci dis je ne les connais pas tous ..lol

Oscar a dit…

our finir, aucun effet irreversible dans le traitement ....ben oui en comment dire ce la sans paraitre "agressif" bon tu n'entame pas la partie "irreversible" et la je te dis juste cette partie irreversible est la partie ou "on" essaye un maximum de freiner voir stopper la transition ...tant que cela peut rester "un passage " c'est rassurant
...je ne sais si je me fait bien comprendre ..



moi je comprend se que tu veux dire, pour ses parents c'est sensé etre rassurant, on stop les oestro mais on colle pas de testo, genre on test

ça peut oui etre consideré par les parents comme un passage, ils peuvent se dire que ça va lui passer cette lubie
si ils sont vraiment flippé ça peut etre une bonne idée avant la testo histoire de pas les tuer ... mais je sais que ma mere a realisé pleinement ma transsexualité quand je me suis fait operé je pense sincerement que tant que tu ne fais pas qqch d'irreversible il ya toujours cette notion de " lubie " pour les parents


stef ta decider de contesté j(te reconnais bien ;)

pour le prenom j'ai collé en 2eme prenom celui que j'aurais eu si j'etais né mec bio comme ça j'ai fais ma ba pour ma mere et basta
le prenom que j'ai choisi en 1er est quelquonque et je ne l'aime pas particulierement mais il fallait bien un prenom...
si Eric plait a Eric tant mieux pour lui :)

on peut evidement disserter des heures sur la libre dispostion des prenoms pour les trans et les non-trans tout comme on peut disserter sur le pouvoir des parents sur leur enfant en leur imposant un prenom dans une societé qui a besoin d'un prenom et d'un sexe pour qu'une personne existe mais ce n'est pas le but ici

( il faut quand meme savoir que dans de nombreuses tribus encore sauvages le fils choisi son prenom apres une serie d'epreuves )



tout ça c'est une question personnel si Eric se sent bien comme ça alors c'est cool moi je dis

mais stef je comprend vraiment tout a fait se que tu ressens parceque je pense a peu pres comme toi



quant a des trans qui ne transitionneraient pas a cause de leur parents je dirais qu'etre trans n'empeche pas d'etre con ... et que si on est incapable a un moment de penser a soi et bien bonbon et pan dans ta gueule

Aubé a dit…

J'espère que les efforts que tu fais pour que ça se passe bien avec tes parents seront récompensés. En tous cas félicitations pour cette nouvelle étape de franchie ;oD