28.7.06

Ma bonne étoile






Ceci n'est pas le blog d'un trans comme les autres.
C'est l'histoire d'un être né sous une bonne étoile.
Une étoile ressemblant à un flocon de neige...







Finalement, la majorité de mes problèmes et des drames (à mon échelle) qui jalonnent mon existence sont similaires à ceux du commun des mortels (sous-entendu, les personnes bios) et les difficultées que me posent ma transition sont mineurs comparés à tout ce à quoi j'aurais pu être confronté: rejets, blâmes (à quelques exceptions près mais elles sont insignifiantes lorsque la majorité m'accorde l'indifférence ou mieux, le soutien), moqueries, impossibilité de vivre ma vie étudiante et professionnelle dans mon genre... Bien sûr, je rencontre souvent le scepticisme et l'incompréhension, mais ce serait mal venu de ma part de me plaindre !

J'aurais pu... avoir un visage plus féminin m'empêchant totalement de passer simplement en coupant mes cheveux et en compressant ma poitrine; ne pas avoir les capacités financières pour seulement amorcer ma transition; voir des amis me tourner le dos ou voir des gens se prétendant mes amis ne faire aucun effort pour s'adapter à ma nouvelle identité; avoir des parents me reniant ou refusant totalement ne serait-ce que de réflechir sur l'éventualité que je puisse...; me chercher longtemps encore et passer à côté d'une partie de ma vie; ne pas avoir la force morale d'entamer ce parcours; être de nature dépressive ou placer ma vie et mes espoirs dans cette transition et avoir le moral à zéro à chaque embûche; bloquer ma vie sociale parceque je ne ressemble ni vraiment à une fille ni tout à fait à un garçon et que je ne supporterais absolument pas le doute dans les yeux d'autrui; être né dans un autre milieu ou à une autre époque... Bref, j'aurais pu connaitre toutes ces difficultées qui sont souvent le lot quotidien de la plupart des trans, et aujourd'hui je suis heureux de la vie que j'ai et d'être simplement moi.

Sans aucun papier légal qui justifie sa réalité, Eric existe néanmoins pour mes amis, mon école et mon employeur. J'existe sans devoir endosser un rôle dans toute les sphères de ma vie, ou presque: bien que ma famille (globalement) ne me reconnait pas, je peux rester moi-même et n'ai pas à interpréter Caroline.

Allez, j'en rajoute une couche dans l'auto-satisfaction: rien n'est parfais, mais n'étant pas si exigeant, je me déclare aujourd'hui comblé par mon existence.
D'autant plus que j'ai l'Amour (vi, avec un grand A comme dans "Ah que je suis amoureux!") mais je m'arrête là parceque les gens qui dégoulinent de bonheur, au final ca exaspère !

Au fait, ma philosophie de la vie: je m'attends toujours au pire tout en espérant le meilleur. Jamais déçu, souvent rassuré, je vois quelquefois mes espérances réalisées.


En espérant que je tiendrais le même discours dans un mois, dans un an...

4 commentaires:

Aubé a dit…

Ton texte est vraiment très beau. Ton optimisme et ta vision positive de la vie me remonte le moral :o).

Je te souhaite que cette joie de vivre reste ton quotidien.

Amicalement, Aubé.

Anonyme a dit…

JE SUIS TRES HEUREUSE POUR TOI !!!!
JE PARTAGE MA VIE AVEC MON AMI(E) ...DIFFICILE DE METRE UN (e)!!!
ELLE A BEAUCOUP DE DIFFICULTES DANS SA VIE (boulot,le regard des autres)ENFIN VOILA..

JE TE SOUHAITE QUE DU BONHEUR!!!!!!!

Anonyme a dit…

suite

P-S : lydie

Anonyme a dit…

Hey what a great site keep up the work its excellent.
»