13.7.09

NYC

Je suis rentré ce matin d'un voyage de 10 jours à New-York ! Cette ville et mes lectures pendant ce séjour m'ont poussé à plusieurs réflexions, ou plutôt pensées plus ou moins abouties, qui ont leur place sur ce blog. 

J'y ai fêté mes 22 ans. Cela fait 4 ans que j'ai réalisé être trans, 4 ans que j'ai entamé cette aventure, ma transition, ma métamorphose. C'était hier. C'était il y a une éternité. 

Je viens de relire en diagonale quelques uns de mes premiers posts et je mesure le chemin parcouru: les changements physiques; les angoisses en début de parcours, résolus depuis; l'évolution de mes idées, de mes attentes, de ma perception de moi-même; etc.

Je me tourne ainsi vers mon passé depuis ce Tétu acheté dans le kiosque à journaux de l'aéroport, au départ pour NYC. Une photo m'a interpellé, je l'avais déjà vu sur Facebook, et l'article titrait "TRANS: la nouvelle génération". À l'intérieur, de nombreux témoignages, et je connaissais quasiment toutes ces personnes, par le biais d'un forum, d'une association, ou d'un message laissé sur ce blog..., ces trans témoignant de leur histoire. 

J'ai connu la plupart à leurs débuts, et c'est en constatant où ils en étaient à présent que j'ai réalisé le temps écoulé. Nous étions jeunes, imberbes, la voix aigu... ! 

Il y a 2 ans, j'ai posté ici une photo prise à l'anniversaire de Victor. J'avais rencontré ce ftm un an plus tôt. Je me souviens d'échange de médoc sensé amélioré notre pilosité (nous étions loin du traitement hormonal); il arbore sur sa photo dans Tétu un beau collier de barbe roux. Je me souviens qu'il allait commencé à bosser pour le Folie's Pigalle, distribuer des flyers... Il y est maintenant performer. Je me souviens surtout, à notre toute première rencontre, une discussion où je lui avait raconté être sorti avec des garçons durant ma période "fille", alors que lui, jamais, il n'aurait pas pu. 3 ans plus tard, au Folie's, je le croise flirtant avec un mec et il m'avoue avoir commencé à mater un peu de ce côté. Quelques mois après, à une terrasse de café, en marge d'une quelconque manifestation, on discute de ces nouveaux désirs survenus avec la testo. Aujourd'hui, il en parle dans Tétu (voici le passage entier): 


"Phénomène fréquemment observé lors d'une transition, le changement d'orientation sexuelle. En effet, nombre de transgenres voient leur sexualité évoluer au fur et à mesure de la transformation de leur corps. "J'ai changé, ma sexualité aussi: maintenant, je mate des deux côtés", déclare Louis, considérant que cela fait parti de son parcours personnel. Selon Victor, la plupart des FtM - souvent attiré par les femmes à l'origine - évoluent bis, voir pédés, à cause des hormones: "La libido augmente, d'pù des envies de pénétration, par exemple. On tend alors à chercher l'extrême dans les rapports. Annonçant la couleur d'entrée, il affirme n'avoir aucun problème pour trouver des partenaires. "Surtout des mecs bi ou gays, c'est plus facile, précise-t-il. Affectivement, je suis plutôt attirée par les transsexuelles MtF"."


Transition idéale pour bifurquer sur une anecdote new-yorkaise. Je suis sorti deux fois dans des bars gays, idéalement situé à un bloc de mon hôtel, et ai fini mes deux soirées avec un mec. Un asiatique et un métis esquimau/black. Deux belles expériences. La deuxième fut assez troublante... J'ai ramené cet esquimau géant dans le placard qui me servait de chambre, et après quelques caresses, quelques massages, nous nous sommes endormis. Ce n'est que le lendemain matin, au réveil, que nous avons échangés des caresses plus sensuelles, plus sexuelles, et avons continué sur un 69. Je précise qu'il faisait jour dans ma chambre... He wanted me to fuck him. "But I don't have a cock !" "Yes, you have !"... Un peu plus tard, alors qu'il observait mes cicatrices au torse, il finit par me questionner dessus. Je lui réponds naturellement "I used to be a female... with big boobs..."  "no way!"  Et il ajouta simplement qu'il se disait bien que c'était tout mouillé, en dessous de "my cock". J'étais fasciné par sa surprise sincère, par le fait qu'il ai réalisé, après coup, ma trans-identité, et par sa constante admiration, avant et après cette révélation. Je n'ai jamais reçu autant de compliment au lit que ce matin là. Pour lui, j'étais parfait, de la tête au pied. Je ne sais pas, je n'ai pas pensé à demander s'il avait déjà couché avec une fille avant, ce qui expliquerait sa crédulité. Je savais déjà que mon dicklit, mon clito hypertrophié sous l'effet des hormones, avait une tête de gland, mais il n'est pas plus gros qu'un pouce et mes lèvres ne sont pas des testicules... Cela n'empêche que pour lui, j'étais probablement doté d'un micro-pénis ! 

Je n'ai pas de conclusion psychologique ou philosophique à cette histoire. Je savais déjà qu'à présent il n'y a nul doute que, dans le regard des gens, je suis clairement un garçon, et depuis que ma barbe s'est fournie, je fais plutôt mon âge.  Cette anecdote me serait arrivé il y a quelques années (mais je n'aurais pas fini avec un mec rencontré dans un bar en ces temps reculés!), cela aurait boosté mon ego et ma confiance en moi. Mais aujourd'hui, et depuis un bon bout de temps, je me sens bien dans ma tête et dans ma peau, et je n'ai plus besoin de la confirmation des autres pour me savoir masculin. Cela restera juste un bon souvenir de voyage... 


Comme le temps passe ! J'étais un garçon amoureux et infidèle au début de ce blog; je ne suis maintenant que fidèle à moi-même, libertin avec les hommes, à la fois timide et séducteur avec les filles... J'étais perdu dans mon avenir, dans mes études, j'ai trouvé finalement un métier passionnant ! J'appréhendais ma transition et ses étapes comme autant d'épreuves à franchir. Très porté sur l'introspection, je réfléchissais longuement à ce que j'étais, qui j'étais, et ce que j'allais devenir, à quel point cette décision allait bouleverser ma vie. Car oui, "la transition est l'orientation de vie la plus importante qu'une personne puisse faire dans son existence" (toujours Têtu). Je pourrais décider un jour de tout plaquer et vivre parmi les indigènes d'Amazonie, cela resterait un tournant moins important dans ma vie que celui que j'ai pris le jour où j'ai accepté d'abandonner ma vie, mon corps, mon avenir, mon rôle de fille. Et cela me rend heureux de savoir, de sentir au plus profond de moi que j'ai eu raison. Et cela me rend plus sûr de moi au quotidien. Je réfléchis moins à mon propos et fait confiance à mes instincts, à mes envies. Et toutes les épreuves se sont ajoutées à la somme des expériences qui m'ont fait mûrir ces quatre années.

Comme le temps passe ! Ici j'ai relaté mon désastreux coming-out à mes parents, leurs colères, leurs réticences, les problèmes d'alcool de mon père, les larmes de ma mère. Ils m'ont demandé un jour de leur laisser le temps de s'y faire et j'avais retardé le début de mon traitement hormonal. Aujourd'hui, ou plutôt il y a quelques mois, c'est ma mère qui me poussait à faire mon hystérectomie pour changer mes papiers d'identité, demandant même à des amis médecins des adresses de chirurgien... Et moi de lui expliquer que j'en avais pas besoin pour le moment, que j'attendrais de quitter mon emploi actuel. Ce qui est fait, je suis sans emploi et me fait opérer le 21 juillet ! Mes deux parents m'ont accompagné au rendez-vous avec le chirurgien. Ah ! Et mon père ne boit plus. En bref, tout va beaucoup mieux. Avec le restant de la famille aussi, merci ! 

Comme le temps passe ! Lorsque j'ai fait mes premières recherches internet, lorsque je voulais poser un mot sur ce que j'étais, avoir une explication, trouver des exemples, des solutions, internet me fournissait peu de réponses, au prix de longues recherches. Quelques sites, peu de forums et de rares blogs pour les FtMs (les MtFs étaient mieux représentées). Je me souviens d'ailleurs que le seul blog intéressant, enrichissant, instructif et bien écrit, sur une période conséquente de la transition d'un FtM, était tenu par son ex-petite amie (Carmelle, pour ne pas la citer !). Le reste n'étaient que simples témoignages à un moment donné, généralement la fin, de la transition du FtMs ( que j'avais trouvé notamment sur le site de Tom Reucher). La vie associative LGBT ou T tout court était inexistante pour un jeune de 15/20 ans qui vient de se découvrir et veut s'affirmer... Aujourd'hui les blogs de jeunes ftms fleurissent (même sur Skyblog !), les témoignages se diversifient et toute la palette des déclinaisons du genre s'affiche sur la toile, pour peu que l'on trouve les liens. Les sites et forums actifs ne sont pas beaucoup plus nombreux qu'avant, certains ont disparus, pas mal ont été créés, plus complets et mieux informés. La vie associative connaît aussi un renouveau et que l'on veuille trouver un lieu d'accueil et d'écoute, simplement une communauté où l'on est accepté tel que l'on se présente, ou que l'on veuille s'engager dans la lutte militante trans, il y a une assoce pour ça. Du moins, en Île-de-France (pardonnez mon parisianisme). Et je jubile quand je vois au stand du MAG aux Solidays, cette assoce où je me rendais en tant que fille, où j'ai timidement demandé sur le forum s'il m'acceptait toujours en tant que garçon, si l'association accueillait aussi les trans... Cette assoce qui a changé son nom l'année dernière en Mag - jeunes gais, lesbiennes, bi et trans... Je jubile donc quand je vois sur le stand des autocollants "STOP TRANSPHOBIE" ou "ATTENTION TRANSITION" avec des panneaux de signalisation. Parce que j'ai constaté cette évolution, au MAG et ailleurs, parce que j'ai vu des associations fleurirent et cela me donne l'espoir d'un parcours moins galère pour tous ceux qui suivront. Bien sûr, le parcours légal, médical, n'a pas changé, mais trouver un soutien moral extérieur à la famille, aux amis peut parfois être nécessaire; on peut rechercher une écoute, un lieu où fuir la transphobie quotidienne; on peut sentir le besoin d'agir, de réagir, de se faire entendre face aux injustices et discriminations faites au trans... Et cela devient plus facile d'années en années. 


Je parlais de plusieurs lectures durant ce voyage. Mais si je commence à partir sur "Dans la peau d'un intouchable" et "Just add hormones", ce post deviendra interminable ! Et puis je pense avoir dit l'essentiel de mes divagations... Le prochain post, après mon hystérectomie, sera plus concret !

4 commentaires:

calimero a dit…

Bon et bien, bonne hysté alors ;)
Donne de tes nouvelles dès que tu peux hein, on passe te lire encore oui !

Solange a dit…

Coucou, tu vois, il y a encore des visteurs/ses sur ce blog :-) Je le lis comme tu l'écris : de temps en temps. Rarement, mais avec attention. Et là j'ai eu la chance d'y découvrir deux beaux articles. Toujours bien écrits, toujours profonds. Et un petit mot sur le MAG, ce qui fait toujours plaisir ;-)
Bonne opération, la suite sur ton blog j'espère :-)

Anonyme a dit…

O_O

Putain... Ca fait un baille que je suis pas venu lire... En tout cas, ravi que toussa ait aussi bien évolué.

Kable.

Anonyme a dit…

Il y a 3ans et demi ou 4ans, tu as raconté ton histoire à une journaliste de magazine pour ados, peut-etre que tu l'as oublié, mais c'est grace à ça que je t'ai connu. Passer dans Tétu c'est bien, mais parler dans "girls" (pour ne pas le citer) c'est encore mieux, ça touche un public bien plus large, plus jeune aussi et plus on apprend jeune la différence, mieux cela reste ancré dans l'esprit.

Aujourd'hui, tu es un homme, fort, adulte et tu as de quoi être fier...